Devenez qui vous êtes…

plage 2

Il arrive, à un moment donné de notre existence, d’avoir la sensation de subir une accélération du temps, de se sentir happé, voire dominé par les émotions, par le stress, le doute, la douleur, la peur, par le devoir d’anticiper des situations futures, qui, parfois, n’arrivent jamais…

L’urgence
Nous avons quelquefois tendance à placer tous « nos impératifs » au même niveau d’urgence, ce qui peut générer du stress et amplifier de ce fait, un sentiment de manque de maîtrise des événements voire d’insécurité…

Dans cette course effrénée, il nous arrive de nous perdre, nous laissons alors nos objectifs personnels, qui sont pourtant le moteur de ce qui est le plus authentique en nous, de côté.

Combien de fois nous répétons-nous, « si seulement j’avais eu plus de temps, si seulement j’avais pu, ou su ! » ; ou encore, « je n’ai pas la force, je ne suis pas capable, je n’y arriverai jamais ! ».

Prise de conscience et mise à distance
Il suffit parfois de quelques secondes « d’arrêt » pour finalement se rendre compte que l’objet qui occupait tant nos pensées n’est plus aussi présent, aussi puissant, aussi influent. Nous prenons alors conscience de cette distance entre nous et nos préoccupations, nous et nos maux, nous et nos jugements quels qu’ils soient…

Nous n’en sommes pas pour autant devenus plus vulnérables, nous n’avons pas pour autant changé ou oublié, c’est notre perception qui s’est modifiée, c’est la façon dont nous nous laissions impacter par les événements internes et externes qui a changé, c’est cette découverte que nous pouvons ne plus subir nos états mais au contraire choisir comment nous voulons nous sentir vivre notre existence, comment nous pouvons mettre de la distance là où nous avons décidé de la mettre, c’est ce choix d’entrer ou non dans nos scénarios mentaux.

L’instant présent, la réalité
Alors notre regard se porte sur l’instant présent, le seul vrai moment, celui qui n’est pas occulté par les pensées parasites, les émotions négatives, le retour sur un passé révolu ou sur les projections de toutes sortes. L’instant présent, c’est la réalité vécue spontanément qui n’est pas interprétée.

Ce retour vers soi, sur nos valeurs intrinsèques, progressivement, nous fait prendre conscience de toutes ces capacités que nous portons en nous, parfois sous-estimées, et qui pourtant ont toujours été présentes, depuis notre naissance et prêtes à s’offrir à notre volonté d’une meilleure maîtrise de notre existence, de nos choix, de nos actes, de nos relations à nous-mêmes et aux autres.

Si nous pouvions agrandir cet instant, cet espace de présence à soi-même et nous y ressourcer ?
Si nous pouvions revaloriser, réactiver ces capacités et ces valeurs que nous portons en nous et qui sont notre force ?

Ne prendrions-nous pas un peu de ce précieux temps après lequel nous n’avons de cesse de courir, pour nous faire enfin du bien et exister vraiment ?